Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 17:00

 

Source : http://www.liberation.fr

 

 

Attaques à Paris : ce que l'on sait à 17 heures

Par LIBERATION (mis à jour à )

 

 

 

Près du Bataclan, vendredi soir. Photo Christian Hartmann. Reuters

 

L'état d'urgence a été décrété en France après une série d'attentats ayant fait au moins 128 morts à Paris et près du Stade de France. L'Etat islamique a revendiqué ces attentats.

 

 

• Au moins 128 personnes sont décédées vendredi soir à Paris et à Saint-Denis après une série d’attaques dans les Xe et XIe arrondissements de la capitale et près du Stade de France.

C’est dans la salle de concert du Bataclan que le bilan est le plus lourd, avec au moins 82 morts. Quatre assaillants ont tiré dans la foule. Trois d’entre eux se sont donné la mort en faisant sauter leur ceinture d’explosifs. Le quatrième a été tué par les forces de l’ordre. L’un des assaillants serait d’origine française et connu des services spécialisés dans les questions de radicalisation.

• Selon les informations de notre journaliste Willy Le Devin, un passeport syrien et égyptien ont été trouvés près des corps aux alentours du Stade de France, sans pour autant que cela ne prouve avec certitude la nationalité des kamikazes.

• Cette série d’attaques, visiblement coordonnées, a été revendiquées samedi matin par l’Etat islamique.

François Hollande a décrété l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire métropolitain dès vendredi soir et, samedi matin, le deuil national pendant trois jours. Le contrôle strict des frontières est également rétabli. Le Président s’adressera lundi au Parlement réuni en Congrès.

 

 

Au moins 128 morts dans six lieux différents : Paris a été ensanglanté vendredi soir par des attaques sans précédent, a priori coordonnées mais pas encore revendiquées. Elles ont été menées notamment par plusieurs kamikazes à proximité du Stade de France et dans la salle de spectacle du Bataclan (XIe arrondissement), où l’on dénombre au moins 82 victimes, ainsi qu’en quatre autres lieux des Xe et XIe arrondissements de Paris particulièrement fréquentés le vendredi soir : près du canal Saint-Martin (rue Bichat et rue de la Fontaine au Roi), rue de Charonne et boulevard Voltaire. Certains des auteurs ont pu participer à plusieurs de ces attaques. Huit assaillants seraient morts, dont sept en se faisant exploser.

Suivez notre direct Le monde se réveille sous le choc après les attentats à Paris

 
Bataclan : au moins 82 morts

Au moins 82 personnes sont mortes dans la salle de concert du Bataclan, située dans le XIe arrondissement de Paris, où avait lieu un concert des Eagles of Death Metal. Selon les témoins, quatre assaillants ont pénétré dans la salle en tirant plusieurs rafales, avant de mener une prise d’otages. L’assaut des forces de l’ordre a alors été décidé «très vite parce qu’ils tuaient tout le monde», a confié une source proche de l’enquête à l’AFP. Trois des assaillants se sont alors donné la mort en actionnant une ceinture d’explosifs, le quatrième étant tué par les forces de l’ordre, qui ont terminé leur opération aux alentours de 1 heure du matin. 

 

Aux abords du

 

L’un des terroristes aurait été identifié et serait un Français connu des services de radicalisation. Il aurait 30 ans, selon notre journaliste Willy Le Devin. 

 

Confirmation : l'un des terroristes du est un français connu des services pour sa radicalisation. Identifié via empreintes.

 

Fahmi B., un jeune Turc de 23 ans qui se trouvait dans la salle, raconte à Libération : 

«J’étais dans la fosse, quand soudain j’ai entendu du bruit, comme des pétards. Sur le moment, j’ai pensé que ça faisait partie du show, puis je me suis retourné et j’ai vu une personne qui venait de prendre une balle dans l’œil. Elle se tenait la tête et s’est effondrée. Là, tout le monde s’est mis à terre, on entendait des tirs. Les tireurs shootaient au hasard sur les gens allongés, tout le monde faisait le mort mais ça ne faisait aucune différence pour eux. J’étais couché en position fœtale mais mes pieds étaient bloqués par le corps de quelqu’un. J’ai réussi à glisser mes pieds hors de mes chaussures et j’ai couru backstage, parce qu’une porte de sortie était juste à côté, avec trois autres personnes, qui étaient blessées.»

A lire aussi, les témoignages recueillis par Libération Attentats à Paris : «Des balles partaient dans tous les sens»

 
Près du canal Saint-Martin : au moins 17 morts

Au moins 17 personnes sont mortes dans des fusillades autour du canal Saint-Martin, rue Bichat, rue Alibert et rue de la Fontaine au Roi, dans le Xe arrondissement. Les «assassins» ont «balayé avec des mitraillettes plusieurs terrasses de café», a déclaré le préfet de police, Michel Cadot. Rue Bichat, un homme, le visage nu, est entré et a tiré vers 21h20 dans le bar Le Carillon. Deux salves ont été tirées, d’abord contre le bar puis contre le restaurant du trottoir d’en face, Le Petit Cambodge. «C’était surréaliste, tout le monde était à terre, personne ne bougeait», a raconté une femme à l’AFP. «Ça a duré terriblement longtemps», rapportait un autre témoin. 

 

 

 

 

Voir l'image sur Twitter

Un passeport egyptien a également été retrouvé au Stade de France

 

 

Boulevard Voltaire

 

 
 
Boulevard Voltaire

Une dernière attaque, sur laquelle on a peu de détails, a enfin eu lieu boulevard Voltaire, dans le XIe arrondissement de Paris. Un kamikaze est décédé, il aurait déclenché une ceinture d’explosifs sans faire d’autres victimes.

François Hollande décrète l’état d’urgence

Dans une allocution télévisée, tenue vendredi soir quelques minutes avant un Conseil des ministres exceptionnel, François Hollande a décrété l’état d’urgence au niveau national, et a également annoncé le rétablissement des contrôles aux frontières afin «que les personnes qui ont commis ces crimes puissent être appréhendées». «Ce que les terroristes veulent, c’est nous faire peur, nous saisir d’effroi. Mais il y a face à l’effroi une nation qui sait se défendre», a indiqué le président de la République, en indiquant que des «les forces de sécurité faisaient assaut notamment dans un lieu à Paris» au moment où il s’exprimait.

A lire aussi L’état d’urgence, qu’est-ce que c’est ?

Le parquet antiterroriste s’est saisi de l’enquête. Le plan multi-attentat, dit «rouge alpha», a été délenché. Près de 1 500 militaires ont été déployés. Un conseil de Défense a également eu lieu autour du président de la République samedi matin. A son issue, François Hollande a tenu une nouvelle allocution dans laquelle il a clairement menacé l’Etat islamique de représailles et décrété un deuil national de trois jours.

La préfecture de Paris a mis en place un numéro d’urgence pour transmettre toute information : 0800 40 60 05.

Aussitôt après l’annonce des attaques, les réactions politiques et internationales ont afflué.

A lire aussi Barack Obama : «Nous nous tenons prêts à apporter notre assistance au peuple de France»

L’Etat islamique revendique la série d’attaques

D’abord non revendiqués, ces différents attentats l’ont finalement été samedi en fin de matinée par l’Etat islamique. L’EI explique avoir «pris pour cible la capitale des abominations et de la perversion, celle qui porte la bannière de la croix en Europe, Paris». «Huit frères portant des ceintures d’explosifs et des fusils d’assaut ont pris pour cible des endroits choisis minutieusement à l’avance au cœur de la capitale française […]. La France et ceux qui suivent sa voie doivent savoir qu’ils restent les principales cibles de l’Etat islamique et qu’ils continueront à sentir l’odeur de la mort pour avoir pris la tête de la croisade. […] Cette attaque n’est que le début de la tempête et un avertissement pour ceux qui veulent méditer et tirer des leçons».

 

l' revendique les attaques de Paris

11:44 - 14 Nov 2015

 

 

Source : http://www.liberation.fr

 

 

 

                                                   ***************************************

 

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

Vidéo : pendant le carnage au Bataclan, la fuite des victimes

Le Monde.fr | • Mis à jour le

 

 

Durée : 02:48

 

En images

 

Au moment de l’attaque terroriste au Bataclan, Daniel Psenny, journaliste au Monde, a filmé la fuite des spectateurs de la salle de concert parisienne. Il a ensuite été blessé au bras en portant secours à une victime, qu’il a rappatrié dans son immeuble.

 

 

Source : http://www.lemonde.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22