Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 20:32

 

Source : http://www.bastamag.net

 

CLIMAT

Les investisseurs se retirent en masse des énergies polluantes

PAR 

 

Le mouvement mondial pour le désinvestissement des énergies fossiles continue de prendre de l’ampleur. À l’occasion de la Conférence des Nations unies sur le climat qui se tient à New York, les animateurs de cette campagne rendent public un rapport estimant à pas moins de 2 600 milliards de dollars (2 331 milliards d’euros) les avoirs totaux des acteurs financiers qui ne souhaitent plus investir dans le pétrole, le gaz et le charbon. Ils ont décidé de se retirer de ce secteur, en particulier l’extraction de charbon, en raison de son rôle dans la crise climatique. Il y a un an à peine, le mouvement de désinvestissement ne représentait encore que 50 milliards de dollars – soit une augmentation de 5000%.

Leonardo diCaprio rejoint le mouvement

Les énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole) constituent de loin la principale source de gaz à effet de serre. La plupart des scientifiques s’accordent sur le fait qu’au moins 80% des réserves fossiles encore disponibles doivent rester dans le sol si nous voulons éviter les pires conséquences du dérèglement climatique. Mais la solution en apparence évidente à la crise climatique – l’organisation d’une sortie rapide des énergies fossiles – s’est toujours heurtée à la puissance économique et politique des multinationales du secteur et de toutes celles qui dépendent directement ou indirectement des énergies fossiles.

Initié par le mouvement 350.org (lire notre entretien avec May Boeve, sa directrice exécutive), la campagne pour le désinvestissement a été peu à peu rejointe par des institutions religieuses, des universités, des fondations et organisations caritatives et des fonds de pension et d’autres grands investisseurs publics et privés (comme le fonds souverain norvégien ou encore le fonds de pension des fonctionnaires californiens). Au total, selon le dernier décompte, ce sont 436 institutions et 2040 individus – dont Leonardo diCaprio – dans 43 pays, qui se sont désormais joints au mouvement. Une bonne partie de l’argent ainsi retiré du secteur des énergies fossiles a été directement réinvestie dans les énergies renouvelables ou l’efficacité énergétique.

Frilosité française

En France, l’ONG catholique CCFD Terre Solidaire a été la première à franchir le pas. Son exemple pourrait rapidement faire des émules. La mairie de Paris a voté un voeuau printemps dernier qui attend d’être suivi d’effets. Du côté des fonds de retraite publics en revanche, comme l’Ircantec et l’ERAFP pour la fonction publique ou encore le Fonds de réserve des retraites (dont l’Observatoire des multinationales avait étudiéles investissements en début d’année), on se cantonne pour l’instant dans une attitude frileuse. Seule une volonté de « décarbonisation » très progressive de leurs investissements est affichée, sans exclusion directe des énergies fossiles. Le secteur de l’économie sociale et solidaire est lui aussi concerné, comme l’illustre la participation de la Macif au capital de Maurel et Prom, une entreprise pétrolière française aux pratiques controversées (lire notre enquête).

Tout comme la campagne de boycott de l’Afrique du Sud de l’apartheid des années 1970 et 1980, qui en constitue le modèle avoué, le mouvement pour le désinvestissement des énergies fossiles se veut un mouvement de protestation éthique contre l’inaction des gouvernements et la complicité des acteurs économiques en matière de dérèglement climatique.

Sa croissance exponentielle met en lumière, par contraste, l’apathie des gouvernements et des institutions internationales. C’est le cas en particulier du gouvernement français qui, en vue de la Conférence internationale sur le climat de Paris à la fin de l’année, a choisi d’accorder une large place à des champions des énergies sales comme Engie, EDF, Renault, Air France ou BNP Paribas, au prétexte qu’ils peuvent « faire partie de la solution » (lire Pour sponsoriser la Conférence climat de Paris, le gouvernement choisit les multinationales françaises les plus polluantes). La montée en puissance du mouvement de désinvestissement contribuera-t-elle à briser cette logique de résignation ?

Olivier Petitjean

- Pour le lire le rapport sur l’état du mouvement de désinvestissement des énergies fossiles, c’est ici

 

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

 

Source : http://www.bastamag.net

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22