Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 21:39

 

 

Source : http://www.mediapart.fr

 

 

Cédric Porte: « Nous sommes tombés dans un trou plus profond que le chômage»

|  Par Rachida El Azzouzi

 

 

 

Faut-il travailler à tout prix ? Non, répondent Cédric Porte et Nicolas Chaboteaux dans un livre coécrit après leur expérience d'un management par la terreur dans une PME francilienne. Entretien avec le premier, toujours chômeur et SDF.

 

Rien ne prédestinait Cédric Porte, scénariste de formation, et Nicolas Chaboteaux, journaliste radio-télé, à se rencontrer. Encore moins à coécrire Travailler à tout prix !, un livre-témoignage édifiant sur le “management par la terreur” où ils racontent « seulement 50 % » de ce qu'ils ont enduré. Chacun, dans l’anonymat, le repli, la culpabilité, la honte, vivait le drame du chômage, de la perte d’emploi, de soi, au milieu de plus de cinq millions d’individus dans la même galère, dans une France où, sans travail, vous n’êtes personne.

Chacun démarrait ses journées interminables en surfant sur les sites d’offres d’emploi et en envoyant autant de bouteilles à la mer qu’il y avait d’annonces. Souvent si peu. Prêt à tout pour travailler, à prendre ces emplois dits repoussoirs : carreler, faire de la vente, de la restauration… Mais lorsqu’on daignait leur répondre, on leur répétait qu’ils n’avaient jamais carrelé, vendu, servi de leur vie ou qu’ils étaient « trop vieux », « trop jeune », « pas assez ci », « pas assez ça »… Chacun s’endormait – lorsqu’il y parvenait – en se demandant si tout le problème ne venait pas de son CV, de sa lettre de motivation, de sa personne. Jusqu’à ce qu’ils se retrouvent, tous les deux, employés de "MSS", le nom d’emprunt donné à la PME qui, croient-ils, va leur redonner dignité et confiance.

 

Elle est dirigée par une PDG à deux visages. Un visage pour les médias : une chef d’entreprise, bonne fée de droite qui court les plateaux dénoncer les freins à la croissance en France sous la gauche, le carcan de la fabrique du chômage (le code du travail « obèse », les prud’hommes…) et qui affiche son credo social : parier sur les chômeurs de longue durée, les seniors, les personnes en difficulté (drogués, anciens détenus, jeunes tentant une réinsertion ou fraîchement diplômés…). Et un autre visage, en interne : une patronne « façon tyran nord-coréen » faisant régner un management qui broie, détruisant la personnalité de ses salariés de l’intérieur. Par la peur, la délation, l’humiliation…

"MSS", c’était le rêve, retrouver un emploi, pas trop mal payé, un peu plus que le SMIC. Ils l’avaient, redevenaient « quelqu'un ». Enfin. Cédric était « heureux ». Le chômage l’avait conduit à la rue. SDF, il errait de chambres d’hôtels sociaux payés par la préfecture en squats. Il avait tout perdu : son logement mais aussi sa femme, la garde de leur fille. C’est en racontant sa spirale infernale sur le plateau du Grand Journal de Canal + qu’il avait décroché ce job. De l’ombre à la lumière. Toute la magie de la télé.

Le lendemain de ses quelques minutes de gloire télévisée, "MSS" le débauche du chômage très longue durée. Cédric court chez Tati se payer un costume bon marché. Tout en conservant les étiquettes pour se faire rembourser au cas où, craignant un canular. Il tiendra le coup six mois dans cette PME où il perd son identité pour hériter d’un trigramme, "CPO", et où on vous distribue les chèques-restaurants au compte-gouttes, « limite à genoux ».

Nicolas, lui, résistera un an. Il a postulé après avoir regardé la télé et ladite PDG de "MSS" qui, dans le petit écran, disait réhabiliter l’humain dans sa PME contre la loi de la finance qui sévit dans les multinationales…

Une fois dehors, de retour à la case Pôle emploi, écrire, aligner les maux en mots, s’est imposé à eux. Catharsis indispensable de 250 pages, plus efficace que les antidépresseurs. Thérapie pour se reconstruire. Se relever d’une expérience dévastatrice où les logiques contemporaines de l'entreprise, le chômage record, le marché du travail ultra-tendu autorisent les procédés managériaux les plus inhumains et violents pour soumettre et exploiter les individus. « Un de perdu, dix de retrouvés », leur a-t-on asséné comme autant de gifles. Et parce que la peur de la précarité, du chômage, de l’inactivité, de la misère qui touche le voisin, le « je n’ai pas le choix » développent une capacité d’acceptation et de soumission hors norme.

« Chez "MSS", nous sommes tombés dans un trou encore plus profond que celui du chômage », dit Cédric. Il a écrit sa part de témoignage sur son téléphone portable dans le dénuement de son squat près de la gare du Nord, visité par des ministres du gouvernement. « J’étais comme une bête dans une caverne. Ce livre m’a resocialisé. Lors de sa promotion, j'échappais pendant 48 heures au squat, on me payait l’hôtel, le train, le restaurant. » Il a 38 ans, « un âge déjà vieux pour le marché de l’emploi », n’a toujours pas retrouvé de travail, met un point d’honneur à être rasé tous les jours de près et bien vêtu, fait en sorte que les trous de ses semelles et de ses chemises ne soient pas visibles, comme son adresse sur le CV – il est domicilié dans permanence sociale d'action. Sinon « c'est la double peine ». 

Il survit avec le RSA. 470 euros qu’il a, durant une période, entièrement consacrés à sa fillette dont il avait exceptionnellement la garde, en raison des problèmes de santé de son ex-femme. N'ayant « pas le choix », elle vivait avec lui dans son coin de squat qu'il avait aménagé « comme une chambre d'enfants avec des posters et des jouets ». Il lui racontait que « papa » et elle étaient « en voyage, comme en vacances », que « bientôt », ils auraient « une maison ». Chaque matin aussi, il la déposait à l'école, une belle école au milieu d’enfants qui vivent dans le coton. La cantine aurait dû être gratuite, compte tenu de sa condition sociale. Il a payé le plein tarif chaque jour. « Personne ne devait soupçonner que ma fille avait un père chômeur et SDF. » Le RSA ne suffisait pas. Alors il lavait les vitres des véhicules aux feux rouges, multipliait les petits jobs au noir.

Le matin de son entretien vidéo à Mediapart, Cédric avait comme tous les jours consulté les annonces de Pôle emploi Ile-de-France. Il y en avait 157 pour toute la région. Quelques semaines plus tard, il nous envoyait ce SMS : « J'ai retrouvé du boulot pas longtemps. Je remplace une secrétaire pendant deux semaines dans une société de voiture avec chauffeur pour laquelle j'avais fait du car-wash. Hélas pas de contrat ». Il recherche toujours ce qu'il appelle « le graal », « n'importe quel travail qui serait déclaré » et qui lui permettrait de retrouver sa vie d'avant, de « redevenir Monsieur tout le monde, qui fait boulot-métro-dodo ». Nicolas, lui, a migré en province, commercial dans une entreprise qui vend des voitures électriques, un emploi très loin de son cœur de métier gangréné par une profonde crise économique et morale : le journalisme mais dans « une boîte où on est humain ».

 

Travailler à tout prix !, Nicolas Chaboteaux et Cédric Porte,
Édi

 

 

 

 

 

Source : http://www.mediapart.fr

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22