Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 21:42

 

 

Source : http://kedistan.fr

 

 

Massacre à Suruç : 32 sourires disparus…

Un groupe de 300 de jeunes réunis à Suruç à l’appel de la Fédération Sosyalist Gençlik Derneği (Association, Jeunesse Socialiste) pour aller à Kobanê, afin de contribuer à sa reconstruction, a été victime d’un attentat à la bombe.

Une bombe (probablement “humaine”) a explosé le 20 juillet, aux environs de 12h, lors de la conférence de presse. De nombreuses caméras qui tournaient à ce moment-là ont filmé l’explosion qui a fait 32 morts et une centaine de blessés.

 

(Attention, cette vidéo peut heurter les personnes sensibles)

 

Le Premier Ministre Davutoglu a déclaré : “L’enquête s’oriente vers un attentat de l’Etat Islamique” et le Sous-préfet de Suruç: “L’attentat pourrait avoir été commis par l’Etat Islamique”. Quant au Président Erdogan, il n’a pas trouvé utile d’interrompre son voyage à Chypre.

Plusieurs manifestations de protestation à l’attentat de Suruç se sont déroulées à Istiklal et dans plusieurs autres quartiers d’Istanbul, ainsi que dans de nombreuses villes du pays, parfois dispersées avec violence par la police.

 

  suruc-istanbul-manif

 

Les victimes sont majoritairement des jeunes. L’attentat a provoqué une large vague de colère. Les soutiens de Kobanê réagissent dans les médias et les réseaux sociaux, comme les participants rescapés de l’attentat.

Loren Elva, militante LGBT, est hospitalisée, souffrant de brûlures et de surdité. Encore sous le choc de la violence de l’explosion Loren affirme :

Nous allions à Kobanê refleurir les espoirs détruits, construire une bibliothèque, un parc pour les enfants.

Mais ella a les idées claires, elle exprime sa colère et sa détermination :

Je ne suis pas bien, je ne serai pas bien, ne soyez pas bien !

Ces paroles qui appellent les gens à la prise de conscience et à réagir, sont devenus spontanément des hastags : #iyideğilim, #iyiolmayacagım, #iyiolmayin  

Merve Kanak écrit de Suruç :

twitt-surucLa nuit est tombée sur Suruç. Ils ont tué les gens avec lesquels on a chanté dans le bus. Ils ont tué les gens avec lesquels on a dansé. Les gens avec lesquels on a papoté, les confrères que nous étions surpris de voir là bas, il les ont tués. Il ont tué les gens avec lesquels on a pris le petit déj à Amara, rigolé, mangé une pastèque. Ils ont tué les gens avec lesquels on a discuté théorie, politique. Les gens qui avaient des idéologies différentes mais qui étaient réunis par la réalité de la Révolution, ils les ont tués.

Nous étions tous des gens bien. Nous allions réaliser un rêve. Nous avions 3 sacs remplis de jouets pour les enfants, vous me comprenez ?

Nous avons marché attentivement pour ne pas marcher sur les cadavres de nos camarades, vous me comprenez ?

J’ai compris pourquoi les “agit”  (chants funebres) kurdes sont si tristes, vous me comprenez ?

C’est un soir difficile pour ceux qui sont restés en vie par hasard. Juste une question alors, c’est mieux de mourir, ou vivre ?

"Le 19/24 juillet nous serons à Kobanê", avait publié une des victimes sur les réseaux sociaux.

“Le 19/24 juillet nous serons à Kobanê”

Avant de partir pour Suruç, Aydan Ezgi Sancı avait posté ce message sur son réseau [traduit par Etienne Copeaux]:

aydan-ezgi-sanci-surucAujourd’hui, des centaines de jeunes venus de Turquie et du Kurdistan du nord ont pris la route pour participer à la reconstruction de Kobanê. En cet anniversaire de la révolution de Rojava [le Kurdistan syrien] défendue corps et âmes par nos camarades, il s’agit d’un pas important dans la construction et le renforcement d’une culture. Nous avons combattu ensemble, ensemble nous reconstruirons.

Vous souvenez vous de cette image qui avait fait le tour d’Internet en décembre 2014 ?

Témoignant de la violence policière, cette photo prise lors de l’arrestation d’un militant, pendant une manif pour Kobanê, était devenue une icône représentative la répression policière. Le flic pas content que l’homme continue à scander le slogan “Stop aux tortures !” lui écarte -et déchire- la bouche avec une haine quasi palpable sur la photo….

Vous avez dit torture ?

adana-cebrail-gunebakan

cebrail_gunebakan-2

Cet homme s’appelle Cebrail Günebakan. La violence policière n’avait pas réussi à arrêter ce jeune militant. La violence fanatique l’a fait. Il est une des personnes décédées par la bombe explosée aujourd’hui à Suruç.

.

.

.

Dans cet attentat on ne peut lire qu’un avertissement et vengeance de Daech envers les soutiens de Kobanê. Des rumeurs sur le fait que les membres circuleraient relativement facilement en Turquie, que les blessés seraient transportés et soignés dans les hopitaux turcs, traversent le pays. Et les aides d’arsenal révelés appuient ces rumeurs.

Plus le soutien et la résistance s’élargit plus le risque de riposte de la part de Daech est palpable. Plus Daech affrontera les soutiens de Kobanê en Turquie avec une violence croissant, plus ces derniers se radicaliseront et élargiront leur rangs… Effet boule de neige, sur une boule de feu…

32 vies de plus, enlevées par l’utilisation systématique de la violence -d’état et des fanatiques- pour faire taire ceux qui revendiquent une véritable démocratie, une véritable égalité, une véritable paix. La solidarité internationale est de mise aussi contre toutes les formes d’oppression et tous les intégrismes !

Quoi qu’il arrive les 32 jeunes morts à Suruç ne seront pas oubliés…

Koray Çapoğlu, Cebrail Günebakan, Hatice Ezgi Sadet, Uğur Özkan, Nartan Kılıç, Veysel Özdemir, Nazegül Poyraz, Kasım Deprem, Alper Sapan, Cemil Yıldız, Okan Pirinç, Ferdane Kılıç, Yunus Emre Şen, Çağdaş Aydın, Alican Vural, Mehmet Ali Vural, Osman Çiçek, Mücahit Erol, Mehmet Ali Barutçu, Aydan Ezgi Şalcı, Ali Rıza Aslan, Nazlı Akyürek, Serhat Devrim, Ece Dinç, Emrullah Akalın, Murat Yurtgül, Erdal Bozkurt, İsmet Şeker.

Vous pouvez trouver les portraits de ces jeunes dans l’article d’Etienne Copaux : Les jeunes victimes de Suruç ont un nom et un visage. suruc-portraits suruc-sehit-1 suruc-sehit-3 suruc-sehit-4 suruc-sehit-2

 

 

Source : http://kedistan.fr

 

 

                                                           *****************************

 

 

Source : http://ovipot.hypotheses.org

 

Le « massacre de Suruç/Pirsûs » (20 juillet 2015) : cinq points

 

Cérémonie funéraire de Hatice Ezgi Sadet, le 22 juillet 2015 à Ümraniye (Ihlamurkuyu Cemevi)

Cérémonie funéraire de Hatice Ezgi Sadet, le 22 juillet 2015 à Ümraniye (Ihlamurkuyu Cemevi)

On a enterré hier mercredi 22 juillet des jeunes victimes du « massacre de Suruç/Pirsûs » dans diverses périphéries d’Istanbul, de Maltepe à Gazi, en passant par Ümraniye. Avant-hier 21 juillet, sur le site Internet « Siyasi Haber » le bloggeur Ahmet Saymadı – dont les papiers lors des événements de Gezi ont été très suivis – a posté une note intitulée « Désormais Kobanê c’est Istanbul1 ». Dans cette note il écrit : « La bombe qui a explosé à Suruç, a en même temps explosé à Gülsuyu, à Soğanlı, à Kadıköy et à Kurtuluş ».

Dans la continuité de nos notes précédentes sur Okmeydanı (voir nos éditions des 4 et 7 avril 2014), sur la frontière turco-syrienne (voir notre édition du 26 septembre 2014) et sur l’entrée d’Istanbul dans la guerre syrienne (voir notre édition du 14 octobre 2014), alors que la colère et la stupeur règnent largement dans une partie de l’opinion, que des victimes restent non identifiées et que l’enquête se poursuit, quelques points seulement.

  1. L’organisation socialiste de jeunesse qui a organisé ce mouvement de solidarité avec Kobane, SGDF – la Fédération des Associations de Jeunesse Socialiste, formée en 2005 – est liée non pas au mouvement kurde directement, mais au Parti Socialiste des Opprimés (ESP), lui-même issu en 2010 de la Plateforme Socialiste des Opprimés (ESP2. Parti marxiste-léniniste, l’ESP a cependant eu pour fondatrice la co-responsable (eşbaşkan) actuelle du parti kurde HDP, Figen Yüksekdağ. A ce titre, SGFD est une des expressions manifestes de l’articulation récemment reconfigurée entre extrême gauche turque et mouvement kurde : les origines mêlées des victimes du massacre et l’importance de celles de socialisation alévie en sont des indices. Le public de SGDF est avant tout étudiant et dans une moindre mesure lycéen ; d’où le jeune âge (jusqu’à 16 ans !) et l’origine urbaine des victimes.
  2. À l’échelle de la Turquie, cet attentat ne vise donc pas directement et exclusivement le mouvement kurde. Il vise la nouvelle alliance qui s’est exprimée aux élections de juin 2015 (alliance issue partiellement des soulèvements de Gezi de juin 2013), qui associe gauchistes turcs, alévis et mouvement kurde. Il vise aussi le mouvement féministe de Turquie, nombre de victimes étant des femmes. Les ferments d’un renouveau du champ politique turc, au-delà des paradigmes ethniques ou religieux, étaient en ligne de mire.
  3. Ce massacre, qui se nourrit d’une conjoncture internationale de désordre et de violences extrêmes, a une dimension très turque. Il semble qu’à l’instar de l’attentat meurtrier de Diyarbakır du 5 juin 2015 – à la veille des élections législatives – les responsables soient des citoyens turcs, issus d’une même filière ou d’un même environnement idéologico-activiste (Adıyaman). À cet égard, on comprend mal les tolérances dont ont été l’objet les auteurs des deux attentats – dont on suppose qu’ils se connaissaient – de la part des forces de sécurité turques comme des institutions du renseignement. Comme le souligne le chroniqueur Aydın Engin dans le Cumhuriyet du 23 juillet 2015, « l’EI est en nous, et parmi nous, ce n’est plus une menace extérieure3 ». Si les franchissements de la frontière turco-syrienne sont désormais mieux contrôlés4, les circulations internes à la Turquie et les activités d’anciens combattants djihadistes turcs retournés ces derniers mois en Turquie semblent l’être beaucoup moins systématiquement5.
  4. À une échelle plus régionale, ce massacre intervient le lendemain des célébrations du début de l’insurrection autonomiste de Kobanê, le 19 juillet 2012. En effet, c’est à partir de cette date que les Kurdes de Syrie, et notamment ceux du canton de Kobanê, ont décidé de prendre leur défense et leur organisation en mains, rompant avec le gouvernement syrien comme avec les autres opposants armés à celui-ci. La coïncidence de calendrier est donc significative. De part et d’autre de la frontière, de Kobanê à Suruç/Pirsûs, on est ainsi passé en quelques heures, de l’allégresse des commémorations à l’horreur du cauchemar. Le massacre survient aussi alors que l’EI perd des positions sur plusieurs fronts en Syrie comme en Irak6, comme une aveugle démonstration de force de nuisance persistante aux portes mêmes de Kobanê « perdu » fin janvier 20157.
  5. Quoi qu’il en soit, ce massacre montre le risque de la projection du champ politique turc sur le terrain syrien – les différents acteurs du jeu turc s’identifiant, parfois jusqu’à la compassion active, à différents acteurs du sanglant théâtre syrien -, pour ne pas parler du débordement du chaos syrien sur le territoire turc8. Seul le versant armé du mouvement kurde – et quelques combattants internationalistes plus ou moins aguerris9 – fait le lien entre ces deux régimes d’action, non sans schizophrénie parfois. Se rendant à Kobanê, ces jeune du SGDF sont entrés dans un champ infernal auquel ils n’étaient pas formés/préparés et ont été happés par le chaos syrien. La responsabilité des hommes politiques turcs de tout bord qui projettent leurs rivalités dans le champ syrien est donc grave.

 

 

 

1 milicien -H (pro ) a tué 1 membre de à après l'avoir traqué pendant 3 mois https://twitter.com/hasavrat/status/623805552221679616 

 

 

Yol @Yollar9

Le revendique le meurtre de 2 policiers à "jugés" pour l'attentat (32 tués) pic.twitter.com/usY4P1akK2

Voir l'image sur Twitter

 

 

 

 

 

Traduction de l’image : 5. Le 22 juillet, une équipe de gros bras d’Apo a mené une expédition punitive envers 2 policiers coopérant avec les milices de Daech à Ceylanpınar aux alentours de 6h du matin, en représailles au massacre de Suruç. Les armes et papiers d’identité des policiers Feyyaz Özsahra et Okan Acar ont été saisis au moment de leur exécution. / 22 juillet 2015 / Centre de relation avec la presse du HPG

Traduction : L'AKP veut la guerre / nous construirons la paix / Nous nous rassemblerons dimanche 26 juillet à 16h devant l'immeuble TRT de Tepebaşı et marcherons jusqu'à la place d'Aksaray !

 

 

Les opérations de représailles ou de « justice populaire » organisées dès le 22 juillet 2015 (4 personnes – une à Adana, une à Istanbul et deux policiers turcs à Ceylanpınar/Urfa -, exécutées par des « commandos d’Apo »), laissent augurer de tensions croissantes sur le mode de la vengeance violente. Sans parler de la dégradation supplémentaire du débat politique10, alors que le gouvernement de coalition n’est pas encore constitué. Espérons que la « marche pour la paix » annoncée pour le 26 juillet à Istanbul permettra de saluer dignement la mémoire des victimes et d’éviter la contamination incontrôlable.

  1. Voir : http://siyasihaber.org/kobane-artik-istanbuldur-ahmet-saymadi (consulté le 22 juillet 2015) [↩]
  2. Voir: http://www.sendika.org/2010/01/ezilenlerin-sosyalist-partisi-kuruldu/ (consulté le 22 juillet 2015). ) [↩]
  3. Voir : http://www.cumhuriyet.com.tr/koseyazisi/327997/ISiD_icimizde….html (consulté le 23 juillet 2015). [↩]
  4. Selon le ministère de la défense turc 50 428 personnes de toute nationalité ont été arrêtées en 2014 alors qu’elles tentaient de franchir illégalement la frontière turco-syrienne, sur un total de 102 942 pour les quatre années 2011, 2012, 2013 et 2014. C’est dire l’intensification récente des passages/arrestations. Du 16 au 18 juillet 2015 (selon l’état-major turc, toujours), sur les 514 personnes arrêtées, 488 tentaient de pénétrer illégalement en Turquie (et 26 seulement tentaient dans l’autre sens !). [↩]
  5. Voir : « Un loup solitaire ou DAİŞ ? », Birgün, 21 Temmuz 2015 ; http://www.birgun.net/haber-detay/haber-analiz-yalniz-kurt-eylemi-mi-isid-mi-planladi-85261.html (consulté le 23 juillet 2015). [↩]
  6. Voir à ce propos l’article de Ruşen Çakır dans Haber Türk du 23 juillet 2015 : http://www.haberturk.com/yazarlar/rusen-cakir-2302/1106433-isidin-turkiye-hesaplari-tutar-mi (consulté le même jour) [↩]
  7. Voir « Kobane libéré de l’EI », http://www.gazetevatan.com/kobani-isid-den-kurtuldu-721293-dunya/ (consulté le 23 juillet 2015). [↩]
  8. C’est la thèse catastrophiste de la « syrianisation de la Turquie », défendue par Cengiz Çandar : http://www.diken.com.tr/cengiz-candar-bu-politikadan-vazgecilmezse-sonuc-turkiyenin-suriyelilesmesi-olacak/ (consulté le 23 juillet 2015). [↩]
  9. Comme ces militants turcs du MLKP qui partent combattre aux côtés du YPG kurde syrien. Voir : « On a commémoré Paranaz Kızılbaş à Okmeydanı », http://www.halkingunlugu.net/index.php/g%C3%BCncel/item/3241-paramaz-k%C4%B1z%C4%B1lba%C5%9F-okmeydan%C4%B1%E2%80%99nda-an%C4%B1ld%C4%B1.html (consulté le 22 juillet 2015). [↩]
  10. Que la “déclaration” confuse et plus qu’ambigüe de Bülent Arınç du 22 juillet au soir illustre avec flagrance. « Arınç : “Pourquoi aucun responsable du HDP n’était présent à Suruç ?” » http://www.cnnturk.com/turkiye/arinctan-cok-sert-aciklama-katil-erdogan-diye-bagiran-soysuzlar (consulté le 23 juillet 2015). [↩]

 

 

 

Source : http://ovipot.hypotheses.org

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22