Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 21:11

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com

 

 

Hologramme 04/07/2015 à 10h22

« Loi bâillon » : les Espagnols forcés d’innover pour manifester

Robin Prudent | Journaliste Rue89

 

 

 

  • Le droit de manifester a pris un sacré coup en Espagne. La loi de « sécurité citoyenne », entrée en vigueur le 1er juillet, multiplie les restrictions. Le journal El Mundo liste ainsi les 44 conduites qui seront désormais interdites et punies de lourdes amendes, sans passage devant le juge. Parmi elles :

  • « refuser de s’identifier à la demande d’une autorité » ;
  • « ne pas respecter les restrictions de circulation » ;
  • « escalader des bâtiments ou des monuments sans autorisation » ;
  • « manquer de respect aux forces de sécurité » ;
  • « utiliser des lasers sous quelque forme que ce soit »

 

La Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) s’inquiète, elle, d’une loi qui cherche à « dissuader les citoyens d’exprimer leurs opinions au travers d’actes publics ».

 

« Ley Mordaza » ou « loi bâillon »

Des inquiétudes fondées qui ont valu à la loi un surnom : « Ley mordaza » (« loi bâillon »).

Les interdictions – rédigées dans des termes assez flous – obligent les Espagnols, qui se sont tant mobilisés pendant la crise et contre les mesures d’austérité, à changer leurs habitudes.

Pour continuer de faire entendre leur voix, la résistance en ligne, sur les réseaux sociaux et sur plusieurs plateformes citoyennes, s’organise. Mais celle-ci pourrait bien aussi être mise à mal.

 

Amende pour une vidéo de la police

Comme le  le blogueur Marco Nurra, l’article 30 de la loi prévoit que toute personne faisant la promotion d’une manifestation non autorisée, sur les réseaux sociaux, en créant un site ou juste en affichant les symboles de cette contestation sur son profil, pourra être considérée comme l’un des organisateurs. Elle risque ainsi une amende allant jusqu’à 600 000 euros, sans passage devant un juge.

« Faire la promotion d’une manifestation non autorisée devant la chambre des députés peut être considéré comme un acte terroriste. Mais aussi bloquer une page web d’un site gouvernemental ou du FMI par exemple. »

La publication d’une vidéo montrant des policiers va aussi devenir une pratique très risquée. La loi prévoyant que si de telles diffusions « mettent en danger [la] sécurité personnelle et familiale » du policier, les responsables seraient condamnés à de lourdes amendes. Une mesure floue, qui sème la confusion sur les risques encourus par ceux qui voudraient publier des vidéos de violences policières, comme celle ci-dessous.

 

Des hologrammes insaisissables

Le blogueur Marco Nurra poursuit :

« Le mot “terrorisme” en Espagne a été vidé du sens que l’on connaissait, devenant un espace sans limite dans lequel on peut intégrer une série d’actions qui étaient considérées, jusqu’à maintenant, comme des droits. »

Une première initiative, pacifique et médiatique, avait été organisée pour dénoncer le projet de loi en avril dernier : faire manifester des hologrammes.

Des centaines d’Espagnols, mais aussi d’autres personnes mobilisées dans le monde, avaient scanné leur image et leurs revendications, avant que celles-ci soient projetées sur le Parlement.

 

 

Pas facile pour le gouvernement d’arrêter des manifestants bruyants, nombreux, mais seulement composés de lumière.

 

Les statues bâillonnées

Contactée par Rue89, une membre de l’association organisatrice No Somos Delitos (Nous ne sommes pas un délit) précise leur rôle dans le futur :

« Pour le moment, nous n’avons pas prévu d’autres mobilisations à propos de la loi bâillon. Mais d’autres manifestations concernant des problématiques différentes vont être affectées par cette loi. Chaque collectif appréciera la meilleure forme pour mener à bien sa protestation. »

Certains ont déjà commencé à réfléchir à de nouvelles possibilités pour manifester sans risquer des amendes. Ces derniers jours, Greenpeace a ainsi dénoncé cette nouvelle loi en bâillonnant des statues emblématiques de Madrid.

 

Une statue bâillonnée, le 1er juillet 2015 à Madrid (Greenpeace)

 

D’autres ont exprimé leur colère avec des messages sur des murs.

 

Enfin, certains ont laissé des messages explicites dans le métro : « Manifestation : à utiliser en cas d’urgence. Tout abus sera sanctionné. »

 

Si les formes alternatives de mobilisation sont nombreuses, cette loi n’en reste pas moins un outil puissant aux mains du pouvoir en place, affirme le porte-parole de l’association Juges et libertés.

« Cette loi n’est pas faite pour la sécurité des citoyens mais plutôt pour celle du gouvernement. »

 

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22