Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 20:11

 

Source : http://www.la-croix.com

 

 

Le Roundup du géant Monsanto dans le collimateur de Ségolène Royal

 

 

La ministre de l’écologie s’est prononcée pour l’arrêt de la vente du désherbant de Monsanto en libre-service dans les jardineries.

 

15/6/15 - 18 H 10

 

 
 
 
 

Des désherbants Roundup de Monsanto en rayon. Ségolène Royal a annoncé vouloir supprimer leur ven...

PHILIPPE HUGUEN/AFP

 

Des désherbants Roundup de Monsanto en rayon. Ségolène Royal a annoncé vouloir supprimer leur vente en libre-service dans les jardineries.
 

Des découvertes ont révélé ses effets probablement néfastes pour la santé.

 

« La France doit être à l’offensive sur l’arrêt des pesticides », a affirmé Ségolène Royal dimanche 14 juin sur le plateau de France 3. La ministre de l’écologie a partagé sa volonté d’interdire la vente du désherbant en libre-service dans les jardineries amateurs. L’interdiction de vente en libre-service impliquera donc de passer par un conseiller du magasin pour obtenir du Roundup. « L’acheteur amateur bénéficiera ainsi d’un conseil renforcé systématique lors de la vente de ces produits avec une information sur les interdictions à venir et les alternatives », ont indiqué Ségolène Royal et Stéphane Le Foll.

Les associations écologistes saluent l’initiative de la ministre mais jugent la mesure insuffisante car l’agriculture n’est pas concernée. L’annonce satisfait l’association de consommateurs CLCV qui avait appelé les agences sanitaires françaises et européennes et le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, à retirer de la vente en libre-service les désherbants à base de glyphosate.

 

 

Le glyphosate classé « cancérogène probable »

En mars dernier, le glyphosate, principe actif du pesticide, était classé comme « cancérogène probable » pour l’Homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), même si « les preuves sont limitées ». C’est l’argument que fait valoir Monsanto, qui a rapidement réagi à la déclaration de Ségolène Royal.

La firme américaine, pour qui la France représente le marché le plus important en Europe, estime qu’à l’heure actuelle « absolument aucune nouvelle donnée scientifique récente ne permet de remettre en cause » la vente de Roundup et considère que « dans les conditions recommandées d’utilisation figurant sur l’étiquette, le produit ne présente pas de risque particulier pour l’utilisateur ».

 

 

« Le monde selon Monsanto »

Depuis plusieurs années, Monsanto est mêlé à une série de controverses. En 2012, le groupe a été condamné par la justice française après la plainte d’un agriculteur intoxiqué par un herbicide. Spécialisé dans l’agrochimie et très actif en matière de lobbying, Monsanto a fait fortune en commercialisant des produits à l’origine de scandales sanitaires et environnementaux tels que le PCB ou encore l’agent orange.

 

> À (re) lire : Monsanto condamné pour l’intoxication d’un agriculteur

 

Lors d’une interview du Dr Patrick Moore, un lobbyiste pro-Monsanto, le magazine « Spécial Investigation » diffusé sur Canal + avait mis en avant les contradictions de la multinationale. Patrick Moore avait affirmé que l’herbicide était potable et sans danger pour la santé. « Je ne crois pas que le glyphosate en Argentine cause le cancer. Vous pouvez en boire un grand verre et ça ne fait aucun mal », avait-il affirmé.

À la proposition du journaliste d’en boire un verre, Patrick Moore avait refusé en rétorquant : « Je ne suis pas fou. » L’entreprise controversée a également fait l’objet d’un documentaire en 2008 intitulé « Le monde selon Monsanto : une multinationale qui vous veut du bien » et réalisé par Marie-Monique Robin.

 

> À (re) lire : Monsanto retire ses demandes de culture OGM en Europe

 

 

 

Sabrina Bennoui

 

La France, un marché clé pour le semencier OGM américain Monsanto

 

15/6/15 - 18 H 10

 

 

Source : http://www.la-croix.com

 

 

 

Source : http://www.franceinfo.fr

 

 

Interdiction du Roundup : l'annonce de Ségolène Royal contestée

par Anne-Laure Barral lundi 15 juin 2015 13:54, mis à jour le lundi 15 juin 2015 à 14h51
 
 
 

Ségolène Royal s'attaque à la vente de pesticides © MaxPPP
 

La ministre de l’Ecologie veut faire interdire un des herbicides que les jardineries vendent le plus, le Roundup, à cause de l'un de ses composants, le glyphosate. Pourtant, selon Jacques My, de l'Union des entreprises pour la protection des jardins et espaces publics, "un amateur qui utilise un glyphosate ne met pas en péril sa santé".

Le Roundup est un désherbant hyper efficace, le plus utilisé au monde, et surtout le produit phare de Monsanto : 40% de son chiffre d’affaires. Le principal reproche concerne un de ses composants : le glyphosate, une substance synthétisée par Monsanto dans les années 70 et qui a fait son succès. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a demandé dimanche aux jardineries d'arrêter de mettre en vente libre le Roundup.

En mars 2015, l’OMS a classé le glyphosate comme un cancérigène probable pour l’homme. Selon son centre international de recherche sur le cancer, les jardiniers ou les agriculteurs utilisant cette substance auraient des risques de cancer accrus. Des études avec cas témoins en Suède, aux Etats-Unis et au Canada ont montré des risques plus fréquents de cancer du sang. Ce classement a fait l’effet d’une bombe pour l’industrie des phytosanitaires, parce que cette substance est la pierre angulaire de la filière. Elle est utilisée dans plus de 750 produits que ce soit agricoles ou amateurs.

"En France, nous avons la chance d’avoir une réglementation spécifique qui fait qu’un produit pour amateur est spécialement dédié aux amateurs. Ces produits sont mis sur le marché après une évaluation des risques spécifiques partant du principe que l’amateur ne va pas forcément utiliser le produit comme il devrait," explique Jacques My, directeur général de l'UPJ (Union des entreprises pour la protection des jardins et espaces publics). "Ségolène Royal fait encore un effet d’annonce. Il faut dire ce que l’on a toujours dit : les produits de protection pour le jardin sont à manipuler avec précaution". Mais "un amateur qui utilise un glyphosate ne met pas en péril sa santé," estime Jacques My. 

 

Ségolène Royal enfonce le clou

La ministre de l’Ecologie surfe sur la polémique autour de Roundup qui agite le secteur de l'agriculture depuis des mois. Ségolène Royal encourage donc les jardineries à prendre de l’avance sur le plan écophyto du gouvernement, renouvelé cet hiver par Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, qui prévoit la fin de la vente libre de ces substances pour 2018. "On a un plan écophyto, il va y avoir une phase d’expérimentation en 2016 et de toute façon les conseillers en jardinerie sont obligatoires. Sur tous les points de vente en produits jardins, il y a des conseillers pour vous diriger vers des solutions alternatives quand elles existent," explique Jacques My.

 

 

par Anne-Laure Barral lundi 15 juin 2015 13:54, mis à jour le lundi 15 juin 2015 à 14h51

 

 

Source : http://www.franceinfo.fr

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22